Bibliothèques et langues des Outre-mer : (de) quelles langues parle-t-on ?

La France est un pays composé de territoires répartis sur plusieurs continents et océans. Ils sont généralement regroupés en deux grands ensembles : la métropole et les îles proches, situées en Europe de l’Ouest ; les Outre-mer, c’est-à-dire tous les territoires hors de l’Europe. Ces derniers sont issus des premier et second empires coloniaux français développés à partir du XVIIe siècle et en vigueur jusqu’au XXe siècle. Avant les prises de possession par la France, ces territoires pouvaient être habités ou inoccupés. Ils ont également pu connaître des prises de possession européennes autres que française (notamment anglaise, hollandaise, etc.). Au fil des siècles, quasiment tous ont connus des vagues de migrations volontaires ou forcées. Ce sont donc des territoires qui pouvaient avoir des populations dites autochtones1, auxquelles ont pu s’ajouter et se mêler des populations européennes, africaines et asiatiques. L’angle historique est essentiel pour comprendre les langues qui sont aujourd’hui parlées dans les Outre-mer.

Le français est la seule langue officielle de la République. Toutefois, la France se caractérise par une grande diversité linguistique. La Délégation générale à la langue française et aux langues de France, du ministère de la Culture, recense 75 langues régionales2, dont une cinquantaine pour les Outre-mer. Sans prétendre à une description scientifique précise, en voici une présentation synthétique qui permet de dessiner le paysage linguistique ultramarin.

 

Antilles
La disparition des peuples autochtones des îles antillaises françaises, massacrés et progressivement absorbés par d’autres populations devenues prédominantes, a entraîné la disparition de l’usage de leurs langues dans ces territoires. Les quatre groupes insulaires des Antilles ont aujourd’hui des créoles à base lexicale française qui se sont développés par la rencontre de populations européennes, en particulier les colons français, et africaines, les esclaves transportés dans ces îles.
On retrouve différents créoles : créole de Saint-Barthélemy, créole martiniquais, créole guadeloupéen, créole de Marie-Galante et créole des Saintes. L’île de Saint-Martin ne possède pas de langue créole propre ; ceux de Guadeloupe et de Martinique y sont parlés par une partie de la population.

Guyane
La Guyane, située au nord-est de l’Amérique du Sud, est l’un des territoires ultramarins ayant la plus forte diversité linguistique qui s’explique par son histoire et ses différents peuplements.
Les langues amérindiennes sont de trois groupes linguistiques : arawak (ou lokono) et palikur appartiennent à la famille arawakienne ; émérillon (ou teko) et wayampi à la famille tupi-guarani ; kali’na (ou galibi) et wayana à la famille caribe.
À ces langues autochtones s’ajoutent plusieurs créoles : le créole guyanais qui est à base lexicale française ; l’aluku, le ndyuka et le paramaca (dialectes de la langue nenge ou nengee), ainsi que le sranan tongo qui sont à base lexicale anglaise ; le saramaka qui est à base lexicale anglo-portugaise.
Une langue asiatique, le hmong, du groupe linguistique hmong-mien, est également employée par la population hmong dont les premiers représentants sont arrivés en Guyane dans les années 1970 en tant que réfugiés politiques.

Océan Indien
Bien que relativement proches et situés au sud-est du continent africain, l’archipel de Mayotte et La Réunion ont des langues très distinctes. Le mahorais (ou shimaore), du groupe des langues bantoues, et le malgache de Mayotte (ou shibushi), du groupe des langues austronésiennes, sont les deux langues régionales de Mayotte. L’île de La Réunion n’était pas peuplée avant la prise de possession française. Le créole réunionnais, à base lexicale française, y est parlé.

Nouvelle-Calédonie
L’archipel calédonien est le territoire avec le plus grand nombre de langues régionales. Ce sont quasiment toutes des langues kanak, au nombre de 28, du groupe des langues austronésiennes : nyelâyu, kumak, caac, yuaga, jawe, nemi, fwâi, pije, pwaamei, pwapwâ, langue de Voh-Koné, cèmuhi, paicî, ajië, arhâ, arhö, ‘ôrôê, neku, sîchë, tîrî, xârâcùù, xaragurè, drubéa et numèè pour la Grande-Terre ; iaai, faga’uvea, drehu et nengone pour les Îles Loyautés.
Il existe également un créole à base lexicale française, le tayo, parlé à Saint-Louis.

Wallis-et-Futuna
Deux langues polynésiennes sont langues régionales : le wallisien (ou faga’uvea) parlé sur l’île de Wallis et le futunien (ou fakafutuna) parlé sur l’île de Futuna.

Polynésie française
Composé de cinq archipels et très étendu, ce territoire comprend plusieurs langues régionales qui sont des langues polynésiennes. On trouve le tahitien dans les Îles de la Société, le mangarévien dans les Îles Gambier, le marquisien dans l’archipel des Marquises, les langues des Îles Australes (langues de Rimatara, Tupua’i, Ra’ivavae, de Rapa et de Rurutu) et la langue des Tuamotu.

Et les autres territoires ?
L’île Clipperton n’ayant pas d’occupation humaine, aucune langue n’y est pratiquée.
Les TAAF sont aujourd’hui fréquentées par des équipes scientifiques et militaires qui y stationnent par rotation. Là encore, ces districts n’ont pas de langue propre en dehors du français.
Aucune langue régionale n’est spécifiquement reconnue pour Saint-Pierre-et-Miquelon. Le breton, le normand et le basque, langues des populations venues s’installer sur ces îles, y ont été pratiqués et le sont encore en partie aujourd’hui.

 

Cette liste à la Prévert montre la grande richesse linguistique des Outre-mer, richesse qui s’exprime par le nombre de langues parlées et par la diversité des groupes linguistiques rencontrés.

 

 

Bibliographie sélective et ressources :
CERQUIGLINI, Bernard (dir.), Les Langues de France, Paris : PUF, 2003.
CHARPENTIER, Jean-Michel, FRANCOIS, Alexandre, Atlas linguistique de la Polynésie française, Papeete : UPF, 2015 [en ligne].
Charte européenne des langues régionales ou minoritaires [sur le site du Conseil de l’Europe].
LESCURE, Odile, GOURY, Laurence, Langues de Guyane, La Roque d’Anthéron : Vents d’ailleurs, Marseille : IRD, 2009.
MOSELEY, Christopher (éd.), Atlas des langues en danger dans le monde, Paris : Éd. UNESCO, 2010 [en ligne].
SIBILLE, Jean, Les Langues régionales, Paris : Flammarion, 2000.
Les bulletins Langues et cités de l’Observatoire des pratiques linguistiques consacrés aux langues ultramarines.
Le site de la DGLFLF du ministère de la Culture et ses différentes publications.
Le site du Lacito, laboratoire du CNRS.

 



Citer ce billet
Mathilde Dutertre (2021, 27 février). Bibliothèques et langues des Outre-mer : (de) quelles langues parle-t-on ? BibOM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzyn

  1. L’ONU définit les peuples autochtones comme “les descendants de ceux qui habitaient dans un pays ou une région géographiques à l’époque où des groupes de population de cultures ou d’origines ethniques différentes y sont arrivés et sont devenus par la suite prédominants, par la conquête, l’occupation, la colonisation ou d’autres moyens” (d’après José Martinez Cobo, Groupe de Travail sur les Peuples Autochtones, ONU, 1987). []
  2. “Les langues dites régionales sont des langues parlées sur une partie du territoire national depuis plus longtemps que le français. Il n’existe pas de lien essentiel et immuable entre une langue et une aire géographique […]. Néanmoins, les langues sont toujours historiquement liées à un espace particulier : en France, si on parle de langues “régionales”, c’est que celles-ci étaient les langues d’usage de l’ensemble de la société dans une zone donnée, jusqu’à ce que le français s’impose progressivement, et qu’elles deviennent minoritaires dans la zone en question.”, in DGLFLF, Les Langues de France, 2e éd., Paris, 2006, p. 1. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search