Usage de la norme ISO 639-2 en bibliothèque et conséquences

Un document mal rangé en magasin est un document perdu. Un document mal catalogué est un document rendu invisible. Un catalogue efficace, ce sont des métadonnées de qualité. Maintenant que ces principes basiques sont rappelés, il est possible de se pencher sur le cas de la description des langues dans les catalogues de bibliothèques, et plus spécifiquement, sur l’usage de la norme ISO 639. Pour cela, nous prendrons l’exemple des langues rencontrées dans nos deux thématiques de recherche (les bibliothèques des Outre-mer et les travaux d’imprimerie de la London Missionary Society en Océanie) exploitées à travers l’étude du catalogue de la Bibliothèque nationale de France.

 

  • La norme ISO 639

La fin du XXe siècle a marqué le début de l’informatisation de différents secteurs des établissements culturels. Parmi ceux-ci, les données disponibles dans les catalogues ont progressivement été migrées d’une version papier vers des outils dématérialisés numériques. La justesse et le degré de description d’un document ou d’un objet ont depuis longtemps suscité des interrogations et des débats dans les professions, et entraîné des choix dans les pratiques pour tenter de répondre à des besoins et des exigences variés. Décrire un item, c’est lui définir des attributs qui le rendent accessible au sein de la masse. La qualité de la description est alors essentielle pour permettre de le retrouver aisément. Elle est même primordiale avec des catalogues informatiques dans lesquels des documents peu ou mal catalogués resteront toujours muets lors des interrogations de recherche, faute de métadonnées adéquates.

La description d’un item peut être plus ou moins fine et porter sur un nombre plus ou moins important d’éléments. La langue est l’un d’eux et est souvent détaillée dans les catalogues de bibliothèques car elle permet un tri efficace. Pour préciser cet élément, beaucoup d’établissements utilisent la norme ISO 639 qui est une norme internationale permettant de représenter les noms de langues par des codes à 2, 3 ou 4 lettres. Son avantage est de permettre d’uniformiser l’appellation des langues à travers les institutions et les pays qui l’ont adoptée. Elle est composée de six parties :
– ISO 639-1 : Codes pour la représentation des noms de langue – Partie 1 : Code alpha-2 (éditée en 2002) ;
– ISO 639-2 : Codes pour la représentation des noms de langue – Partie 2 : Code alpha-3 (éditée en 1998) ;
– ISO 639-3 : Codes pour la représentation des noms de langue – Partie 3 : Code alpha-3 pour un traitement exhaustif des langues (éditée en 2007) ;
– ISO 639-4 : Codes pour la représentation des noms de langue – Partie 4 : Principes généraux pour le codage de la représentation des noms de langues et d’entités connexes, et lignes directrices pour la mise en œuvre (éditée en 2010) ;
– ISO 639-5 : Codes pour la représentation des noms de langue – Partie 5 : Code alpha-3 pour les familles de langues et groupes de langues (éditée en 2008) ;
– ISO 639-6 : Codes pour la représentation des noms de langue – Partie 6 : Code alpha-4 pour un traitement exhaustif des variantes linguistiques (projet abandonné en 2014).
Chaque établissement souhaitant utiliser la norme ISO 639 choisit l’une des six parties pour décrire les langues de ses items. Les normes ISO 639-2 et ISO 639-3 sont aujourd’hui les plus répandues dans les institutions culturelles. La partie 2 propose environ 430 codes pour autant de langues ou familles linguistiques. La partie 3 se veut exhaustive et est enrichie et actualisée en fonction de l’avancée des études scientifiques ; elle contient plus de 7700 codes à ce jour. La Bibliothèque nationale de France, comme nombre de bibliothèques dans le monde, utilise actuellement la norme ISO 639-2 éditée en 1998. Elle n’a toujours pas fait le choix de passer à la norme ISO 639-3 apparue en 2007.

 

  • Des langues invisibles

Travailler sur les Outre-mer ou l’Océanie du XIXe siècle revient rapidement à plonger dans des contextes linguistiques variés. Les langues sont des marqueurs identitaires qui permettent de localiser un élément à l’échelle mondiale. En effet, celles rencontrées au cours de nos travaux offrent l’avantage d’être attachées à des espaces géographiques et des périodes temporelles suffisamment précis et limités pour devenir des critères de recherche pertinents. Peu de possibilités de croiser du kali’na ailleurs qu’en Amérique du Sud ou du tayo ailleurs qu’en Nouvelle-Calédonie. Pourtant, lorsqu’il s’agit d’effectuer des recherches dans des catalogues de bibliothèques, il devient rapidement difficile d’utiliser l’élément distinctif linguistique comme critère de recherche. Les réponses obtenues ne sont pas toujours pertinentes, voire parfois inexistantes. La première explication est liée à l’identification des documents : la langue peut ne pas être connue ou identifiée par le catalogueur et le champ de description rester alors vide. La seconde explication vient de la partie de la norme ISO 639 utilisée. Les deux tableaux ci-dessous illustrent cette difficulté en comparant les codes ISO 639-2 et ISO 639-3 disponibles pour cataloguer les langues régionales des Outre-mer français d’un côté et celles des impressions missionnaires de la LMS de l’autre.

 

 

 

Dans les deux cas, il apparaît clairement que les langues rencontrées sont très peu représentées par un code de la norme ISO 639-2. Ce sont essentiellement celles ayant une valeur officielle et/ou nationale dans les territoires dans lesquels elles sont aujourd’hui parlées qui en disposent.  Le tahitien et le sranan tongo font figure d’exceptions. Pour la majorité des autres langues des deux corpus, il n’existe qu’un code ISO 639-3 qui a été créé plus tardivement. L’usage de la norme ISO 639-2 à des fins de catalogage en bibliothèque amène à recourir aux codes des groupes ou familles linguistiques pour suppléer l’absence d’identifiants propres, mais cette solution demeure un pis-aller car elle noie une langue au sein d’un ensemble beaucoup plus grand. Le cas des langues malayo-polynésiennes parlées dans les îles du Pacifique est symptomatique des limites de la norme ISO 639-2 : par exemple, en codant la langue drehu par “map” (langues austronésiennes) à défaut de pouvoir utiliser “dhv” (drehu) ou un autre code plus fin, cela signifie que les documents en drehu seront mélangés à tous les documents de toutes les autres langues austronésiennes sans codes ISO 639-2 propres compris dans le catalogue. Sachant que cet ensemble linguistique rassemble plus d’un millier de langues réparties en Asie du Sud-Est, à Taïwan, à Madagascar et dans le Pacifique, le travail de tri des résultats obtenus lors d’une recherche s’avère généralement particulièrement long, fastidieux et douloureux. Un autre cas problématique est celui des créoles. La norme ISO 639-2 ne dispose que de codes généralistes qui classent les créoles et les pidgins selon leur base lexicale (cpe : créoles à base lexicale anglaise ; cpf : créoles à base lexicale française ; cpp : créoles à base lexicale portugaise ; crp : autres créoles). Dès lors, difficile de consulter un fonds dans l’une de ces langues sans attraper au passage des créoles issus d’une même base lexicale mais souvent complètement différents.

 

L’utilisation de la norme ISO 639-2, au nombre de codes limité, plutôt que la norme ISO 639-3, à vocation de codes exhaustifs, ne permet pas d’identifier la diversité linguistique existante dans le monde et visible dans les productions culturelles consultables en bibliothèques. Elle ne contribue pas à obtenir des données aisément exploitables dans les outils dédiés à la recherche que sont les catalogues. Si la partie 2 était une première réponse utile à la fin des années 1990 et dans les années 2000, la continuité de son usage est aujourd’hui lourde de conséquences pour la description des langues des documents et, in fine, pour la facilité et la qualité des recherches dans les outils à disposition des lecteurs et des bibliothécaires. Les corpus ultramarins et océaniens présentés en exemple ci-dessus l’éclairent aisément. La norme ISO 639-2 invisibilise des items dans des langues déjà peu représentées en raison d’une production initiale ou d’une collecte plus faibles. D’une certaine manière, elle crée et accentue involontairement une hiérarchisation des langues et favorise les résultats pour certaines au détriment d’autres. Lorsque le corpus linguistique est un marqueur important de la recherche, voire parfois la seule possibilité d’identification, l’approximation pénalise les résultats obtenus et peut même les biaiser en n’affichant pas certains items, donc en passant à côté de certaines réalités. Cette partie de la norme est un frein à l’utilisation des langues comme critère de recherche. Elle ne favorise tout simplement pas leur étude et leur valorisation car une grande partie d’entre elles sont pénalisées et contraintes par un choix de description normalisée et ses conséquences informatiques. Et sachant que les notices produites par la Bibliothèque nationale de France sont récupérées et utilisées par d’autres bibliothèques, le problème ruisselle et se retrouve dans d’autres catalogues.

 

 

Bibliographie sélective et ressources :
CERQUIGLINI, Bernard (dir.), Les Langues de France, Paris : PUF, 2003.
LE NAIL, Jacqueline, « Langues régionales et bibliothèques », in Bulletin des bibliothèques de France, 2007, no 3, p. 36-45 [en ligne].
LECLERC, Jacques, L’Aménagement linguistique dans le monde, Québec, CEFAN, Université Laval, 2020 [en ligne].
SIBILLE, Jean, Les Langues régionales, Paris : Flammarion, 2000.
Les bulletins Langues et cités de l’Observatoire des pratiques linguistiques consacrés aux langues ultramarines.
Le site de la DGLFLF du ministère de la Culture et ses différentes publications.
La norme ISO 639-2 gérée par la Bibliothèque du Congrès (États-Unis).
Le site de l’Autorité d’enregistrement de l’ISO 639-3 [l’image d’illustration de l’article est tirée de la page d’accueil de ce site].
Le site Ethnologue

 



Citer ce billet
Mathilde Dutertre (2023, 4 février). Usage de la norme ISO 639-2 en bibliothèque et conséquences. BibOM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzyq

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/03/2023

    […] Usage de la norme ISO 639-2 en bibliothèque et conséquences, par Mathilde Dutertre, sur le carnet BibOM ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search