Les débuts de l’imprimerie missionnaire en Océanie illustrés par trois documents de la BnF

Mise à jour (octobre 2023) : ce qu’il y a de bien avec la recherche, c’est qu’on découvre de nouvelles choses qui viennent chambouler un état de l’art précédent. Deux des imprimés présentés ci-dessous, l’abécédaire et le catéchisme, ont pu être identifiés plus précisément (voir ici). Nous faisons le choix de ne pas modifier cet article pour conserver l’historique du carnet et parce que le propos est toujours valable, mais invitons le lecteur à prendre connaissance des nouvelles informations sur les exemples cités.

——–

Les premières décennies de l’imprimerie en Océanie ont suscité le plus d’intérêt et d’études, notamment entre les années 1940 et 1960 pendant lesquelles religieux, bibliophiles et collectionneurs ont cherché à mieux connaître les documents imprimés les plus anciens. Les travaux les plus remarquables de cette période consistent en de précieuses bibliographies listant les productions de plusieurs îles du Pacifique. Dans une moindre mesure, quelques études ont également porté sur l’histoire de certains imprimeurs.
La Bibliothèque nationale de France conserve plusieurs imprimés océaniens du début du XIXe siècle dans ses collections. Une sélection de trois d’entre eux permet d’illustrer les débuts de l’imprimerie jusque dans les années 1830 dans cet espace géographique, et plus particulièrement en Nouvelle-Galles du Sud et dans les îles de la Société, premiers territoires où des presses ont fonctionné.

 

L’histoire de l’imprimerie en Océanie possède des spécificités propres à chaque territoire et des trajectoires qui se sont développées en parallèle les unes des autres. Elle se comprend aussi d’un point de vue macroscopique à l’échelle du Pacifique tant les histoires locales se croisent et sont mêlées. Les trois documents présentés ci-dessous reflètent ces interactions très présentes dans les premières décennies.

La première presse de toute cette aire géographique est celle de la Nouvelle-Galles du Sud. Elle fut apportée par la First Fleet, flotte de onze navires partie d’Angleterre en 1787 sous le commandement d’Arthur Phillip pour établir la nouvelle colonie et arrivée à Port Jackson (baie de Sydney) en 1788. Faute de personne qualifiée, la presse ne fut mise en fonctionnement qu’en 1795 par George Hughes. Les informations sur ce premier imprimeur sont très sommaires et nous savons seulement qu’il faisait partie des condamnés. Il travailla comme imprimeur pour les autorités gouvernementales jusqu’en 1800 dans l’atelier situé derrière la Government House, imprimant essentiellement des décrets et des affiches.
En novembre 1800, l’atelier fut repris par un autre condamné nommé George Howe (1769-1821). Fils de Thomas Howe, imprimeur à l’île Saint-Christophe dans les Antilles, formé dans l’atelier de son père et ayant travaillé en Angleterre, il fut condamné à la déportation en 1799. Il fut l’imprimeur du Gouvernement jusqu’à sa mort en 1821. Les impressions évoluèrent significativement à cette époque en bénéficiant des connaissances techniques de l’ouvrier : production de livres à partir de 1802, lancement d’un journal en 1803 (The Sydney Gazette and New South Wales Advertiser), etc.
Robert Howe (1795-1829), fils du précédent, fut le troisième imprimeur de la colonie. Le premier ouvrage présenté est une de ses réalisations et il montre que l’imprimerie gouvernementale produisait aussi pour des particuliers et des groupes religieux.

 

 

Te Abi Tahiti (BnF, cote X-35897) est, comme son titre l’indique, un abécédaire en tahitien et à l’usage d’îles polynésiennes. La mention “R. Howe, Printer, Australia” au colophon renseigne sur son lieu d’impression qui est Sydney. Il n’est pas daté, mais son exécution peut être réduite à la tranche chronologique 1821-1825 : Robert Howe a exercé entre 1821 et 1829 ; un exemplaire est mis en vente à Paris en 1825 pour 21 Fr1. Celui conservé à la BnF est relié par un simple fil de couture traversant les feuilles en deux points ; une méthode simple, peu coûteuse et courante qui se retrouve sur d’autres imprimés océaniens. L’estampille laisse supposer une entrée dans les collections de l’institution – ou, du moins, le traitement du document – à l’époque de la Restauration. Cela concorderait avec l’hypothèse d’un ouvrage provenant de la bibliothèque de Louis-Mathieu Langlès2. Le document de 12 pages comporte l’alphabet, des exercices de prononciation et de vocabulaire et des chapitres abrégés de la Bible (les douze pene).

L’impression d’abécédaires en langues vernaculaires s’inscrivait pleinement dans le projet d’évangélisation mené par les sociétés missionnaires s’intéressant aux îles du Pacifique. La réalisation de ce projet peut se schématiser synthétiquement de la sorte : débarquement de missionnaires dans une île ; installation auprès d’un groupe océanien établi et développement des besoins primaires de subsistance (bâtiments, champs de cultures) ; développement progressif de la vie religieuse chrétienne, en interne entre missionnaires puis ou simultanément auprès des populations océaniennes. C’est pour atteindre ce dernier objectif que l’alphabétisation des Océaniens représentait une étape clef dans leur conversion et nécessitait à un moment donné de disposer d’ouvrages pour leur usage. Le développement initial de l’imprimerie en Océanie au début du XIXe siècle, à l’exception de la colonie de la Nouvelle-Galles du Sud où il s’agit plutôt d’une initiative administrative, peut donc être présenté avant tout comme un projet missionnaire, d’abord porté par la London Missionary Society dès 1795, puis par d’autres sociétés. Dès les débuts de l’évangélisation des îles du Pacifique, les missionnaires, une fois la langue vernaculaire connue et maîtrisée, ont ainsi fait imprimer à l’étranger, c’est-à-dire en-dehors de l’île où ils étaient installés, ou ont imprimé eux-mêmes de courts documents pour répondre à leur projet.
L’exemplaire de la BnF illustre ces besoins en imprimés et les circulations induites. Dans le cas des îles de la Société, la production imprimée d’abécédaires s’est d’abord faite en Europe, à Londres3, puis dans les colonies britanniques australiennes4 avant d’être réalisée sur place à partir de 18175. Le document sorti des presses de Robert Howe après 1821 s’inscrit dans cette continuité et montre que la production in situ demeurait insuffisante malgré l’existence de plusieurs presses locales. Les besoins nécessitaient le recours à des ateliers extérieurs. Les distances et les temps de trajet entre l’Angleterre, la Nouvelle-Galles du Sud et les îles de la Société, ainsi que les difficultés d’approvisionnement en matières premières non pas empêchés les missionnaires de développer un circuit de transfert d’imprimés entre différents lieux de production.

En l’état actuel de nos connaissances, cette édition n’est connue que par l’exemplaire de la Bibliothèque nationale de France et n’est pas répertoriée dans les principales bibliographies sur le sujet. C’est également le plus ancien imprimé australien conservé dans les collections de l’institution.

 

Les missionnaires de la London Missionary Society débutèrent leur projet d’évangélisation des populations océaniennes par les îles de la Société où ils arrivèrent en 1797 à bord du Duff. Une presse d’imprimerie fut amenée lors de ce voyage, mais elle ne servit pas et les caractères finirent par être fondus et transformés en munitions lors de combats à Matavai en 1802. En 1817, le Queen Charlotte apporta la presse qui fut mise en service par William Ellis sur l’île d’Eimeo (Moorea). Si le premier ouvrage imprimé fut un abécédaire, les missionnaires se lancèrent rapidement dans la traduction des textes sacrés, toujours dans un souci d’enseigner les rudiments de la lecture et de l’écriture tout en diffusant la parole divine.

Le second document, E parau ui papaihia i te reo Tahiti, Rurutu Tubuai Raivavae, &c. (BnF, cote D2-13989), est un catéchisme sous forme de questions/réponses6.

 

 

Cette édition de 12 pages ne comporte aucune mention de lieu ou de date d’impression. Dans la Bibliographie de Tahiti et de la Polynésie française (no 5891), P. O’Reilly et É. Reitman proposent une datation vers 1835. Ils interprètent les lettres “J. W.” présentes en bas de la première page comme les initiales de John Williams (1796-1839). La paternité des textes traduits donnent des indices d’identification mais est à manipuler avec précaution pour localiser ou dater un document : les textes ont circulé entre les stations, ils ont été repris par d’autres missionnaires et ne peuvent pas être uniquement rattachés au contexte de production d’un auteur-traducteur. La matérialité de ce présent document, son format, sa mise en page et plusieurs autres indicateurs semblent toutefois bien correspondre à une impression polynésienne réalisée au plus tard dans les années 1830.
Selon G. Harding, les choix de traduction furent source de débats au sein de la LMS : les missionnaires en poste dans le Pacifique étaient plutôt partisans d’une adaptation des textes par peur de mal traduire et de diffuser des erreurs faute d’une maîtrise suffisante de la langue, tandis que le bureau londonien préférait une traduction la plus fidèle possible. On trouve ainsi un certain nombre d’imprimés proposant les textes religieux sous une forme aménagée pour être rendus plus accessibles et limiter les traductions erronées, à l’image de ce document.

L’exemplaire conservé à la BnF est actuellement le seul connu.

 

Le troisième document achève cette illustration des débuts de l’imprimerie et montre les rapides progrès techniques des ateliers des îles de la Société. Après l’Évangile selon Luc imprimé en 18187, celui de Matthieu est sorti de la presse de la mission des îles du Vent en 1820 : Te Evanelia A Mataio, No Iesu Christ To Tatou Fatu; Iritihia Ei Parau Tahiti (BnF, cote A-101887).

 

 

Le livre contient près d’une centaine de pages et le texte est imprimé sur deux colonnes. La traduction se veut fidèle, sans aménagement, et montre que les missionnaires de la LMS étaient en capacité de produire des imprimés plus complexes, tant du point de vue linguistique que du point de vue de la technique, dès la fin des années 1810 et surtout dans les années 1820.
Les traductions des Évangiles sont aujourd’hui connues par un nombre d’exemplaires plus important que d’autres types d’ouvrages et sont conservées dans plusieurs bibliothèques dans le monde, témoignage de l’intérêt qu’il leur a été porté et probablement aussi de la quantité produite. Celui de la BnF ne possède malheureusement plus sa reliure d’origine qui aurait pu renseigner sur les techniques et les matériaux utilisés pour relier des imprimés de plus d’une vingtaine de pages.

 

À travers trois documents conservés dans les collections de la Bibliothèque nationale de France, il est possible d’avoir un aperçu de la production imprimée des premières décennies dans le Pacifique. Œuvre administrative et surtout missionnaire, cette technique de reproduction de l’écrit s’est développée d’île en île en parallèle de l’avancée de l’évangélisation chrétienne. La préoccupation religieuse se constate dans les sujets imprimés et domine largement jusqu’à l’accentuation de la présence laïque européenne et les débuts de la colonisation.

 

Bibliographique sélective :
FERGUSON, John Alexander, The Howes and their press, Sydney : Sunnybrook Press, 1936.
FERGUSON, John Alexander, Bibliography of Australia, Sydney : Angus and Robertson, 1941-1969, 7 vol.
HARDING, George, The Tahitian imprints of the London Missionary Society, 1810-1834, Oslo : La Coquille qui chante, 1950.
O’REILLY, Patrick, REITMAN, Édouard, Bibliographie de Tahiti et de la Polynésie française, Paris : Musée de l’Homme, 1967.
Australian Dictionary of Biography (en ligne).

Illustrations : Source gallica.bnf.fr / BnF



Citer ce billet
Mathilde Dutertre (2021, 13 avril). Les débuts de l’imprimerie missionnaire en Océanie illustrés par trois documents de la BnF. BibOM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzyo

  1. Édouard Gauttier d’Arc, Catalogue des livres imprimés et des manuscrits composant la bibliothèque de feu M. Louis-Mathieu Langlès,… dont la vente se fera le… 24 mars 1825, Paris : J.-S. Merlin, 1825, p. 8. []
  2. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris : Firmin Didot frères, 1861, t. II, p. 1693. []
  3. Te Aebi No Taheiti, Londres : Townsend, Powell, and Co., 1810 [Harding, no 1]. []
  4. Te Abi No Tahiti, Sydney : George Howe, 1814 [Ferguson, no 592]. []
  5. [Spelling book], Eimeo, 1817 [Harding, no 10]. []
  6. Je remercie Amélie Tixier, enseignante à l’Inalco, pour son aide à la traduction. []
  7. Te Evanelia Na Luka, Moorea, 1818 [Harding no 13] []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search